Randonnées pédestres en Corse

Accueil > Sentiers marins 2 > Capu di Zivia

Capu di Zivia

mardi 14 avril 2015

Entre Tizzano, au nord, et le golfe de Mortoli, au sud, Capu di Zivia est un promontoire massif.

Il culmine à 140 m, soit à une altitude bien supérieure à celle de la tour génoise de Senetosa (129m). Il cache en conséquence Roccapina à la vue de la tour génoise de Senetose.
Mais il apporte à Tralicetto, la plage des sartenais, le brise vent indispensable aux plages ouvrant à l’ouest.

 

Voir la carte

Parcours : compter 2h30 pour la boucle

Cinq cents mètres avant le hameau de Tizzano, prendre sur la gauche la direction de l’Avena. L’embranchement qui se présente en épingle à cheveux, conduit à un camping et au hameau de Zivia.

Au col, suivre sur la gauche la piste qui conduit à Tralicetto. Dans la descente prendre toujours la piste placée à droite. Ne pas rejoindre le parking en bordure de plage mais se diriger plein ouest en direction de Cala di Brija, une petite anse de galets et de blocs ouverte au sud. Couper le thalweg et poursuivre la piste vers le sud ouest jusqu’à son terme : un chaos rocheux. Le sentier débute là, juste après quelques cabanons bâtis en bordure du rivage.

Le parcours fait le tour de Punta di a Botta, dans le sens des aiguilles d’une montre.
A cause des courants dominants, la côte n’offre pas de plages de sable sur ce parcours. Galets et rochers polis sont la règle, et la baignade n’en souffre pas. Plusieurs criques se présentent.
La flore est riche au pied de ce promontoire. Le sentier étroit, enserré dans une végétation oppressante, zigzague entre les rochers.

Ce n’est qu’aux approches de l’îlot A Botta que le paysage s’ouvre, de petites prairies se développent, la végétation devient moins haute. Un premier muret barre le paysage au delà duquel se développe les griffes de sorcières (carpobrotus spp), une plante invasive particulièrement nocive appelée aussi, dans le midi, "langue de belle mère". Sa station ne fait que croître en se rapprochant de Tizzano parmi les nombreux filons d’olivine au vert sombre qui cisaillent le granite rosé.

Juste après le deuxième muret prendre le sentier qui s’élève à main droite et se glisse entre les deux sommets du cap, Paratella et Botta.

La vue couvre au sud la plage de Tralicetto mais cache la plage d’Argent au pied de la Punta di Mortoli. Si plus au sud le cap di Fenu, débordé par la Sardaigne, cache Bonifacio, l’Uomo di Cagna, s’il n’est pas dans les nuages, et le Cap de Muro se dévoilent.

Promontoire élevé, battu des vents, Capu di Zivia offre une végétation sculptée par les vents aux quels seul échappe le versant sud, sous le vent.

Le début du parcours (Brija) s’effectue dans des diorites gabbro, puis sur la côte sud dans des monzogranites porphyroïdes pour se terminer sur la côte ouest par des granites leucocrates semblables à ceux de la pointe de Senetose ou de Roccapina.

PNG - 497.9 ko

Voir la carte des acquisitions (en bleu) du Conservatoire sur les sites classés (fond vert)
Parcours : compter 5h aller retour, jusqu’au phare
Source : Conservatoire 2015


Les diorites sont des roches sombres, à plagioclases et amphiboles, qui se rencontrent le plus souvent en filon.
Les gabbros sont des roches sombres et denses, à plagioclases et pyroxènes, qui se trouvent également sous la forme de filons.
Quand ils surgissent sur une plage de galets ils font la joie des enfants, empilés en cairns dans une alternance roche claire, roche sombre.

Portfolio

  • Cabanon sur le littoral
  • Cabanon sur le littoral
  • Côte sud de Zivia. Punta di Mortoli et Roccapina
  • Cabanon sur le littoral
  • Cabanon sur le littoral
  • Senetose vu de Zivia
  • Golfe de Tizzano
  • Plage de Tralicetto et pointe de Mortoli
  • Capo di Zivia vu de la pointe de Mortoli