Randonnées pédestres en Corse

JPEG - 159.2 ko

Accueil > 5- Lettres > Et tu songes...

Et tu songes...

mercredi 19 décembre 2018

Et tu songes aux nuées pures sur ton île, quand l’aube verte s’élucide au sein des eaux mystérieuses...

" C’est le soir sur ton île et à l’entour, ici et là, partout où s’arrondit le vase sans défaut de la mer ; c’est le soir couleur de paupières, sur les chemins tissés du ciel et de la mer...
Ô la couleur des brises circulant sur les eaux calmes
"

J’ai fermé le livre, fermé les yeux. J’entends la houle cogner lourdement aux récifs du large, je vois l’embrun rabattu sur la vague, je hume la terre mouillée et bois l’iode envolé.
Ah la puissance du souvenir que laisse la Corse aux exilés...

C’est l’hiver, il pleut ... comment se fait il que sur les eaux les courants de salinité dessinent encore des arabesques sous mes yeux clos ?
Les nuages avalent les collines, lèchent les tuiles qui résonnent claires sous la pluie.
Où est la source entre les arbousiers et les genets, à la pierre ouvragée, où les ânes nous conduisaient ?...

Il pleut, la terre se gorge, le puits s’emplit et les sources dégorgent gonflant de petits ruisseaux, abandonnant le plateau pour courir à la mer.

Il pleut. Assis dans mon fauteuil, je me vêts de la cape, des chaussures, décroche la casquette... Assis, me voilà dehors, libre, les oreilles pleines du bourdonnement des feuillages que la brise et la pluie fouettent.
J’ai de l’eau dans les yeux, mais ce n’est point de pluie.
Je me souviens...

" Parfois je te savais la terre, je buvais
Sur tes lèvres l’angoisse des fontaines
Quand elle sourd des pierres chaudes, et l’été
Dominait haut la pierre heureuse et le buveur.
"

Yves Bonnefoy - Pierre écrite