Randonnées pédestres en Corse

Accueil > Sentiers marins 1 > Les Pozzi (Campomoro)

Les Pozzi (Campomoro)

mercredi 15 avril 2015

Dernier grand promontoire avant les Bouches de Bonifacio, la Pointe de Campomoro présente toutes les caractéristique d’un cap granitique ouvert aux vents dominants : relief, érosion éolienne, flore, faune.

Ce paysage exceptionnel s’étire vers le sud sur plus de 30 kms, le long d’une côte qui ignore tout mitage d’urbanisation.

 

PNG - 24.8 ko

 

Voir la carte

Parcours : compter 1h45.

La boucle des Pozzi, commune aux autres boucles, s’ouvre au pied de la tour de Campomoro, où un panneau muséographique présente l’ensemble du site.
Le sentier débute après le panneau : il plonge à gauche vers la mer au travers d’une remarquable coulée de végétation façonnée par les vents.
D’entrée l’on comprend que ce massif cristallin, exposé aux vents du large, salé par les embruns, aux vallons encaissés, aux ubacs humides même en cœur de saison, a quelque chose d’exceptionnel.

 

La végétation est typique du maquis. Sur sol acide nous trouvons partout la même palette que seule l’exposition - et donc l’humidité - modifie progressivement.
En adret les calycotomes épineux, les cistes, les lentisques, les térébinthes, le chêne liège, et, en bord de mer, le tamaris et le myrte aux feuilles luisantes et coriaces, propres à tresser des couronnes. Ses baies noires servent toujours à la fabrication de liqueur.
En ubac le chêne vert, les bruyères arborescentes, les arbousiers...
Et partout les immortelles, les genévriers de Phénicie, au tronc noueux, strié, malingre, mais plusieurs fois centenaires ! qui comme les immortelles colonisent dunes et bords de plage, y délivrant un ombrage recherché.

Le littoral abrite aussi, là, quelques pelouses, jadis convoitées par les bergers. Strictement encadrées de murets qui se perdent dans le maquis, autrefois régulièrement entretenus, elles sont piquées d’ajoncs, d’oyats, de salsepareilles, autant d’ indices attestant la présence d’eau dans le sous sol du bord de mer.
Il y a peu, des vaches sauvages y divaguaient. Aujourd’hui ces pelouses ne portent plus que la trace des labours de sangliers issus de croisements avec le cochon domestique.
Et elles portent aussi, hélas, en hiver, les débris de polystyrène emportés par la mer et que les vents d’ouest furieux rejettent sur les côtes...

Le sentier - bien aménagé par les équipes du Conservatoire du Littoral - longe le rivage et offre de belles perspectives sur la tour de Campomoro et le chaos rocheux résultant de l’érosion éolienne. Il serpente entre les blocs où, par endroit, une chaîne tient lieu de main courante, puis il emprunte des tunnels, et des couloirs de verdure taillés par le vent : l’anémomorphisme, en bordure de rivage, est particulièrement spectaculaire avec le myrte.

Pour boucler le parcours des Pozzi, emprunter le 1er sentier à votre gauche qui, sous un maquis haut, se dirige vers le sud est. Il rejoint sur la crête le sentier retour des deux autres circuits.

PNG - 414.4 ko
Acquisitions du Conservatoire

Voir la carte des acquisitions (en bleu) du Conservatoire sur les sites classés (fond vert)
Parcours : compter 1h45.
Source : Conservatoire 2015


En haute saison Campomoro est très fréquenté pour sa belle et grande plage de sable. Les places de parking étant limitées, il est préférable d’arriver tôt...

Le mot pozzi en Corse signifie puits.

Portfolio

  • Tour de Campomoro
  • Plateau d'abrasion