Randonnées pédestres en Corse

JPEG - 159.2 ko

Accueil > 6- Patrimoine > Flore > Le chêne vert

Le chêne vert

jeudi 16 mai 2019

Les noms corses du chêne vert (a leccia, a liccia) dérivent du nom latin (ilex). On retrouve cette racine dans le nom scientifique (Quercus ilex L.). L’autre nom de l’espèce est yeuse, qui a donné yeuseraie (forêt de chêne vert).

La morphologie
La hauteur maximale est de 20 à 25 m, exceptionnellement 30 m. La durée de vie d’une feuille est de 3 ans. Elle revêt des formes variées (lisses à dentées).
Jeune, son écorce est gris-vert et lisse. Elle devient crevassée et noirâtre chez l’arbre adulte. Sa longévité est de 200 à 250 ans en peuplement. Certains sujets peuvent atteindre 500 ans.

L’écologie
Le chêne vert est un arbre adapté au climat méditerranéen, qu’on retrouve en Corse de la mer à la montagne (0 à 1200 m d’altitude). Il croît sur tous les types de sols (sauf engorgés en eau).
Sa croissance est plus lente sur les sols calcaires.

L’utilisation
Excellent bois de chauffage, il est largement exploité pour le marché intérieur mais aussi exporté vers la Sardaigne. La fabrication de charbon de bois est une activité qui se perpétue en Corse-du-Sud.
La valorisation en menuiserie (parquet) est envisageable par le développement de procédés industriels spécialisés et l’engagement des professionnels de la filière bois.

Comportement
Le chêne vert est capable de produire régulièrement des glandées abondantes. Malgré la prédation et la rigueur de la sécheresse , il y a toujours des semis qui se développent et qui ont une forte capacité à entrer en compétition avec les autres espèces.
Dès son plus jeune âge, le semis développe une racine pivot qui lui permet d’explorer très vite la partie profonde du sol afin de satisfaire ses besoins (eau, sels minéraux).
La souche de chêne vert possède une importante capacité à rejeter.

Le feuillage du chêne vert est très dense. Très peu de lumière arrive au sol, empêchant le développement du sous-bois.
La reconstitution de la forêt peut être compromise par des feux répétés ou par le pâturage.

La compétition avec les autres espèces arborées
Le chêne vert est capable de coloniser les forêts de chêne-liège ou de pin maritime. Il peut les éliminer par concurrence directe pour la lumière ou empêcher leur régénération.
Les vieux vergers abandonnés de châtaigniers sont souvent envahis par le chêne vert. Par contre, les taillis, plus denses, limitent l’installation du chêne vert.
Anciennement une grande partie de la forêt de chêne vert était occupée par le chêne blanc. En l’absence de perturbations (feu) sur de très longues périodes, le chêne blanc devrait supplanter en théorie le chêne vert sur les meilleurs sols.


Source : CNPF

Portfolio